Avant Brian Gisborn, il y avaient...

Jeune génération, vous avez échappé à ça !
Jeune génération, vous avez échappé à ça !

Nous sommes en 2006. 

À cette époque, les réseaux sociaux étaient seulement en train de s'intensifier sur la toile, on tipiakait les films sur Emule (et on trouvait souvent des pornos), Naruto était un bon manga, et surtout Youtube était... vide.

À cette époque, les Youtubeurs n'existaient pas tout simplement. Pas de Vox Makers, d'Antoine Daniel, de Joueur du Grenier... Même pas un petit Cortex.

 

Non dans cette décennie, les maîtres du web, c'étaient les parodistes.

Qu'ils soient musicaux (Choum, Parodical, Paral & Piped), ou vidéastes (Mozinor, Ganesh2, GotohWan), les parodistes marquaient leurs empreintes par leur capacité à détourner les chansons (ou les films), ce qui provoquait crise de rire chez certains ou totale frustration chez les autres (voir l'article sur la parophobie).

 

Du coup, dans cette période, on avait pas mal de petits jeunes qui voulaient bercer dans l'humour web, et ce avant que l'humour web ne devienne à la mode.

 

Parmi eux, trois se firent remarquer en cette année 2006, c'étaient LES PETITS DBILS.

 

 

Création du collectif

 

1BCiL (pas encore Brian Gisborn) a tout juste 16 ans lorsqu'il vient spammer le forum de Max le Fou avec ses parodies de noob.

Il est aussitôt repéré (ouais repéré lol) par un autre ado appelé Red-Valentine.

Red-Va proposa d'uploader les parodies d'1BCiL dans un premier temps sur son site qu'il tenait en compagnie de son pote FartMaster : Zelda-Castle.

Ce projet de fansite sur l'univers de Zelda cachait également un étrange projet de saga MP3 complètement WTF dans laquelle deux "boulets" (LinkBleu et LinkRouge, anciens pseudos de Fart et Red-Va), présentent une radio toute pourrie dans l'univers d'Hyrule, mais des créatures bizarres appelées "quiquis" empéchaient LinkBleu de faire la promo de son film : Collé au poteau.

C'est avant tout ce projet qui réunira 1BCiL et ses deux compères. Les Petits DBiLS étaient nés.

 

 

Historique 

 

Entre 2006 et 2008, le trio (accompagné de quelques nouveaux visages comme Kobbey et Myles) enchaîne les parodies et les sagas MP3.

Voici quelques titres phares :

  • Radio Zelda-Castle : le projet avorté de saga MP3 à l'origine du groupe.
  • Two : tentative de reboot du projet précédent
  • Les parodies d'1BCiL (jusqu'à la fin du groupe, à la suite de quoi on est passé à Brian Gisborn)
  • Les Chevaliers de la Parodial : fanfic WTF sur la 34D

C'est également à ce moment-là que sont créés des personnages tels que Patrick Saucisse Jaune et la version parodique de Link avec une voix de chipmunk (la première Interview Alakon sur Link rend d'ailleurs hommage à Radio Zelda-Castle).

 

La fin de l'association

 

Au bout de seulement un an et demi, Red-Valentine (excédé par tout un tas de trucs), quitte le navire, cloturant ainsi l'aventure des Petits DBiLS.

Était-ce une mauvaise décision ? Pas nécessairement. Car si on aurait continué sur cette voie là, on serait probablement devenu des Kev Adams ou des Cyprien avant l'heure, sitôt adulés, sitôt détestés. On a donc échappé à tout ce bordel.

 

 

Et maintenant ils deviennent quoi ?

 

Et bien ils s'en sortent à leurs manières chacun de leur côté.

Brian Gisborn (ex-1BCiL) a continué les parodies bien entendu.

Thomas Rodrigues (ex-FartMaster) travaille sur des courts-métrages et des web-séries.

DanyCaligula (ex-Red Valentine) a fait une longue pause, puis est revenu en 2012 et a complètement changé de registre avec Doxa, sa chronique philosophique sur Youtube qui cartonne.

 

 

Les membres de passage

 

Kobbey a continué les parodies, mais a aussi écrit un roman (Harvest), produit et scénarisé plusieurs courts-métrages. Il est aussi mannequin. 

Myles a co-animé quelques Parodyland Show avec Parolix avant de se consacrer à sa vie privée lui aussi. 
Steefleur a toujours son personnage dans La 34ème Dimension. En visual novel...

 

 

Conclusion

 

Les Petits DBiLS, c'était surtout le délire de trois gamins en pleine recherche de créativité artistique et humoristique. Certains tentent de s'affirmer tandis que d'autres ont complètement abandonné l'idée. 

Pour finir je conseillerai à d'autres qui voudraient se lancer de ne pas se presser. Il est inutile de se hâter pour faire de la merde.

Prenez votre temps, trouvez un bon filon, et ensuite venez sur la toile.

Le net est vaste et infini. Mais les internautes peuvent être cruels. Par conséquent, il faut se préparer aux pires réactions et avoir une certaine maturité d'esprit.

 


Et ça, votre fidèle serviteur en aurait bien besoin par moments !

Commentaires : 0